www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de la Nièvre (58)

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Politique éducative (CTPD - CDEN) 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
26 octobre 2015

Un CDEN prolongé par les questions diverses

L’ordre du jour du CDEN du 6 octobre portait sur les mesures d’ajustement de la carte scolaire, le bilan de la rentrée dans le premier et second degré, la politique éducative du conseil départemental. Le tout agrémenté d’une déclaration préalable (voir ci-contre) et de nombreuses questions diverses posées par la FSU.

BILAN PREMIER DEGRE


Le DASEN, c’est son "job", loue le taux d’encadrement "magnifique" du département de 6,08 enseignants pour 100 élèves avec une moyenne d’élèves par classe de 21,31 ; la démographie scolaire dans le premier degré continue de baisser avec 15 916 élèves constatés cette rentrée (pour 16 047 attendus) contre 16 367 à la rentrée 2014 ; nous pensons que c’est la moindre des choses qu’il soit "un peu" tenu compte de la ruralité de notre département qui ne comprend dorénavant plus que 211 écoles.

Nous demandons aussi un travail par rapport à la répartition des élèves à Nevers pour éviter les situations chaotiques de l’an passé et, malgré nos réserves, n’avons semble t-il pas altéré la satisfaction du Directeur Académique quand il évoque ses visites de rentrée aux écoles Lucie Aubrac et Lund où il dit avoir vu "des élèves heureux et des enseignants sereins " . Mais pas toutes les salles !!!

La FSU a reconnu l’effort fait dans deux écoles où des "rustines" ont été posées pour compenser des effectifs de 32 (Lurcy) ou 29 (Tronsanges) avec la création d’un 1/2 poste dans chacune de ces écoles à la rentrée. Tout en continuant de penser que les suppressions n’étaient pas justifiées...

Le SNUipp-FSU se félicite de l’enthousiasme manifesté par le DASEN à propos du dispositif "Plus de Maîtres Que de Classes", organisation qu’il veut présenter au Recteur prochainement. Eh, oui ! C’est un peu la marque de fabrique du SNUipp...

En plus d’un long débat sur la réforme des collèges (voir en cliquant sur le lien), en l’absence d’instance préparatoire au CDEN , la FSU a également posé dix "questions diverses" afin de relayer les préoccupations des collègues à ce stade de l’année.

QUESTIONS DIVERSES


En introduction, un commentaire s’impose après l’exposé sur l’organisation des transports scolaires à laquelle le Conseil Départemental accorde une grande vigilance. Quid du 1er janvier 2016 et des incidences de la loi Nôtre avec son transfert de compétences à la super grande région ? ; le parcours des bus scolaires sera-t-il décidé à Besançon ? La réponse est loin d’être confirmée mais il se pourrait qu’une convention déléguerait l’organisation des transports in fine (fait écho à notre déclaration sur l’éloignement des services publics)

1) Les stagiaires ont de nombreuses tâches à mener de front : qu’il s’agisse du projet professionnel, de la préparation de classe, de la découverte de la didactique des disciplines ou de la gestion des élèves. Les temps de réunion avec les collègues sont des moments nécessaires. Peut-il être envisagé de réduire le temps des APC des jeunes collègues qui se retrouvent en surcharge de travail ?
Le DASEN rappelle les obligations de service des enseignants devant élèves comme cela avait été évoqué en CAPD ; les collègues en "sur-service" doivent se rapprocher de l’équipe de leur circonscription.

2) Ulis : Sur les sollicitations des collègues des écoles de Fourchambault et Garchizy, le SNUipp-FSU vous demande l’état de votre réflexion sur l’éventualité d’une ouverture d’ULIS école sur le secteur.
La réponse fut assez brutale pour qui connaît l’existence de dossiers sur le point d’être finalisés. " Il n’a jamais été question d’ouvrir une ULIS. A Fourchambault, il y a de la place pour 12 élèves et il y a 12 élèves et personne en liste d’attente " (fait écho à notre déclaration sur la rigueur...).

3) Des personnels ATSEM se trouvent confrontés à des effectifs importants en garderie scolaire. Pourriez-vous rappeler dans cette instance la règle d’encadrement à appliquer ?
Madame la Secrétaire Générale rappelle les termes des textes en vigueur depuis la mise en place des TAP : un adulte pour 14 avec des enfants de moins de 6 ans et un adulte pour 18 pour les enfants de plus de 6 ans. En cas de souci, il faut essayer de dialoguer ... (fait écho à notre déclaration sur la rigueur...)

4) Nous nous voyons contraints d’évoquer ici l’hygiène des locaux dans les écoles de Nevers ; avez-vous connaissance de cette problématique qui consiste à ne plus laver les sols quotidiennement mais seulement un jour sur deux ?
Cette information n’était pas parvenue jusqu’à la DSDEN ; c’est chose faite. Nous attendons de savoir si les pratiques sont susceptibles d’évoluer lors de la prochaine réunion "de rentrée" des directeurs de la ville de Nevers (fait écho à notre déclaration sur la rigueur...)

5) La responsable du SNICS-FSU académique a adressé un courrier à Monsieur le Recteur dans lequel les champs de compétences des infirmières scolaires sont rappelés au regard de la loi. Pouvez-vous, s’il vous plaît, rappeler la difficulté que connaît la Nièvre au regard de la pénurie de médecins et des responsabilités de chacun ?
La DSDEN est bien consciente de cette difficulté que la FSU signale depuis les commissions d’avril 2014. Des protocoles " revus" pour les PAI arriveront sous peu dans les écoles. Des médecins contractuels ont été recrutés de sorte que les visites auprès des jeunes apprentis par rapport à la dangerosité des machines puissent être réalisées dans le respect de la légalité. Un autre médecin est chargé de l’aménagement des examens. Préfecture et DSDEN sont bien conscients des difficultés et interpelleront l’ Agence Régionale de Santé (fait écho à notre déclaration sur la rigueur)

6) Des EVS à vocation d’aide à la direction arrivent au terme de leurs contrats ; quelle visibilité avez-vous quant à la poursuite de ce dispositif dont nous rappelons l’importance auprès de nos collègues directeurs ?
Il y en a peu et les choses devraient perdurer.

7) Des établissements n’ont toujours pas d’AVS un mois après la rentrée scolaire ; ce que nous appréhendions dans cette instance même est avéré : nous avons une liste importante d’attributions d’AVS par la MDPH qui ne sont pas honorées. Comment se présente l’avenir ?
En effet, les possibilités de contrats aidés disponibles ne sont pas démesurées et les flux de notification (en augmentation légère) de la MDPH sont tels qu’il est bien difficile de faire face au fur et à mesure et il est des lieux où l’on ne trouve personne ; la conséquence directe est qu’une quarantaine d’élèves sont dans l’attente. La composition est la suivante : 163 AVS, 72 AVS-I(ndividuelle), 22 AVS-M(utualisé) et 14 AVS-Co(llectif). Madame Astier insiste sur le temps d’évaluation des besoins, la période de recrutement et le travail de redéploiement ... La FSU avait bien cette géographie et cette perception aux dires des témoignages des collègues (fait écho à notre déclaration sur la rigueur...)

8) La formation des jeunes avait été évoquée dans cette instance avec la possible création d’un IUT implanté à l’ ISAT ; où en sommes-nous sur ce dossier ?
Il y a un consensus entre les collectivités, l’Etat et l’Université de Bourgogne. Le secrétaire général de la Préfecture précise que l’on attend un clair positionnement de tous (traduire = les résultats des élections) pour choisir une filière qui représente un coût non négligeable.

9) Quand disposerons-nous d’un protocole de simplification des tâches administratives pour les directeurs et directrices ?
Madame la Secrétaire Générale rappelle l’intérêt des propositions dans le travail mené dans les deux commissions (nous aurions pu la remercier pour cette appréciation envers notre organisation) et promet une réunion "du même type" en novembre ou décembre

10) Est-il possible que Monsieur le Préfet Préfigurateur soit informé de l’importance de la participation financière du Conseil Régional dans le cadre des classes de découverte (à savoir quinze euros par jour et par enfant pour un séjour de trois jours au minimum) ?
Réponse : "C’est une colle" ... La FSU précise simplement que ce sujet ne doit pas être oublié.

Eric Vannier et Pascale Bertin

 

11 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 58

Bourse du travail 2, boulevard Pierre de Coubertin 58000 NEVERS

Tel : 03 86 36 94 46 courriel : snu58@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de la Nièvre (58), tous droits réservés.