www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de la Nièvre (58)

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Adaptation et scolarisation des élèves handicapés 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
17 décembre 2015

RASED : gérer la pénurie

Un groupe technique départemental RASED s’est réuni vendredi 6 novembre à la DSDEN. A l’ordre du jour, nouvelle sectorisation, mise en place du pôle ressource de circonscription et questions diverses. Avec en toile de fond toujours la même rengaine : on gère du mieux qu’on peut avec les moyens qu’on a...

Depuis la rentrée, parmi les 15 RASED que compte le département (en comptant celui de Moulins-Engilbert qui est actuellement une "coquille vide"), certains ont vu leur champ d’intervention évoluer. C’est la nouvelle sectorisation. Si dans l’ensemble, d’après les premiers retours, cela ne se passe pas trop mal, il n’en demeure pas moins que cela occasionne dans certains RASED aux secteurs élargis, comme ceux de La Charité, Château-Chinon, Varennes-Vauzelles ou Nevers-est, davantage de travail et de déplacements.

Le tout avec une enveloppe budgétaire toujours contrainte. En effet, les crédits consacrés au remboursement des trais de déplacement sont toujours insuffisants, et le taux kilométrique est gelé depuis 2006... A ce sujet, M. Gien, IEN adjoint en charge de l’ASH, conseille aux membres des RASED de rentrer très vite, avant le 18 novembre, leurs demandes de frais de déplacement pour l’année 2015, y compris en cas de dépassement des crédits. A noter enfin qu’il est difficile pour les membres des réseaux d’aide de planifier les déplacements en début d’année civile dans la mesure où la DSDEN n’a connaissance de l’enveloppe annuelle qu’en février ou mars...

Actuellement, deux postes de psychologue scolaire sont vacants dans le département, ainsi que deux postes G, et un poste E est occupé à titre provisoire par un enseignant non spécialisé, qui fait plutôt office de maître surnuméraire. A ce sujet, le DASEN ne souhaite plus à l’avenir attribuer ce type de poste à un enseignant non spécialisé. Pour pallier à ce constat, un maître E est actuellement en formation, et deux collègues, déjà spécialisés, bénéficient d’un accompagnement renforcé pour préparer l’option G dans le cadre d’une reconversion d’option. Enfin, une enseignante du département prépare actuellement un master de psychologie avec pour ambition de postuler sur un poste de psychologue scolaire.

Cela sera-t-il suffisant, surtout que d’autres postes vont devenir prochainement vacants en raison de départs à la retraite ? Il semble que non. Si dans le département, on ne peut pas nier que tout est mis en oeuvre pour accompagner les collègues désirant se spécialiser, il faut reconnaître qu’on gère la pénurie, faute de moyens financiers suffisants. On fait "avec les moyens dont on dispose" dixit M. Gien. Pour preuve, deux ou trois collègues seraient susceptibles d’être intéressés par la formation de psy d’après M. Gien, mais les moyens alloués au département ne permettront sans doute qu’un seul départ en formation l’année prochaine.

Si notre ministre a dernièrement rappelé son attachement aux RASED, aujourd’hui ceux-ci n’ont pas besoin de déclaration d’amour mais de preuves tangibles. En effet, si entre la rentrée 2007 et la rentrée 2012, les dispositifs RASED ont perdu plus de 5 000 emplois dans le pays, soit 1/3 de leurs effectifs, il est difficile de parler aujourd’hui d’une relance du dispositif. Il n’y aura a priori pas de restructuration dans la Nièvre à la rentrée prochaine, mais sans doute pas de création de postes non plus...

Attention également à ce que les postes de "plus de maîtres que de classes" ne se substituent pas aux postes de maître E. Il semblerait que dans un secteur du département au moins, on observe une baisse des demandes au RASED due à une certaine confusion entre les dispositifs. Si le travail en petits groupes (par le maître de la classe) peut permettre de traiter certaines "petites" difficultés, les rôles et les demandes ne sont pas les mêmes. Les "maîtres +" ne sont pas là uniquement pour les élèves en difficulté, mais pour travailler autrement. Un travail en co-construction doit être mené entre celui-ci et le maître E.

Cette rentrée voit également la mise en place des "pôles ressources de circonscription". Pensé comme un "levier d’aides" aux problématiques rencontrées par les écoles, le pôle doit aider la circonscription à construire des liens, à donner du sens à son action. Composé de l’IEN, des membres des RASED, des conseillers pédas, des maîtres référents, voire des maîtres supplémentaires, des TICE, des infirmières, de directeurs etc..., les pôles sont actuellement en cours de "construction" dans les circonscriptions du département, à l’exception de Sud-Nivernais 1 qui a déjà réuni le sien en octobre dernier autour de trois axes : le suivi et l’accompagnement des élèves, l’évolution des pratiques pédagogiques (autour de l’EMC notamment) et l’articulation entre les différents acteurs.

Enfin, il a également été évoqué lors de ce groupe technique la situation des SEGPA et des ULIS école. Le nouveau texte pour les SEGPA, en vigueur à la rentrée prochaine, et qui sera présenté plus en détails lors du prochain GT, prévoit deux changements majeurs : il n’y aura plus la nécessité pour un élève d’avoir redoublé pour aller en SEGPA, et il y aura une pré-orientation en CM2 pour intégrer la 6ème SEGPA avant éventuellement une orientation définitive après la 6ème.
Concernant les ULIS école (nouvelle appellation des CLIS), il est noté par les IEN depuis quelques années, et en particulier à cette rentrée, une baisse des effectifs. Celle-ci serait due à la hausse de la scolarisation des élèves handicapés en milieu ordinaire.

 

13 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 58

Bourse du travail 2, boulevard Pierre de Coubertin 58000 NEVERS

Tel : 03 86 36 94 46 courriel : snu58@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de la Nièvre (58), tous droits réservés.