www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de la Nièvre (58)

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
29 septembre 2016

APC : quelques rappels historiques

L’Aide Pédagogique Complémentaire (APC) a remplacé l’Aide Personnalisée (AP). Mais qui se rappelle que ces derniers ont servi de prétexte aux suppressions de postes dans les RASED ?

2008 : l’année charnière


En juin 2008, Xavier Darcos, ministre de l’éducation nationale lance sans concertation aucune une réforme d’ampleur : une nouvelle organisation du temps scolaire et un nouveau dispositif d’aide aux élèves en difficulté : l’aide personnalisée (AP).

Cette dernière est directement utilisée pour justifier une disparition partielle des RASED : l’AP et les Stages de Remise à Niveau (SRAN) compenseront pleinement les postes supprimés.

C’est ainsi que le ministère de l’Education nationale de l’époque, au Sénat, à une question d’une sénatrice sur la disparition programmée des RASED répond que : « La réforme du primaire qui vient d’être mise en oeuvre par le ministre de l’éducation nationale vise à ce que chaque élève en difficulté reçoive désormais une réponse adaptée à sa situation : les deux heures libérées du samedi matin sont investies au profit des élèves en difficulté sous forme d’une aide personnalisée, notamment de remédiation et de remise à niveau dans les enseignements fondamentaux, dispensée par les maîtres de leur école, des stages de remise à niveau en français et mathématiques sont également proposés aux CM1 et CM2 pendant les vacances scolaires et par petits groupes et à raison de trois heures par jour pendant une semaine. » (réponse écrite du 19/03/2009)

Dans son enquête de 2012, intitulée "Aide Personnalisée : opération véritée" le SNUipp-FSU montre que faute de RASED, un nombre significatif d’élèves bénéficie de l’aide personnalisée par « défaut » alors qu’ils auraient avant tout besoin d’une aide spécialisée...

Et l’APC alors ?


La circulaire sur la mise en œuvre de la nouvelle organisation du temps scolaire qui est parue le 7 Février 2013 précise le contenu de ces APC avec 3 objectifs :

- Aide aux élèves rencontrant des difficultés dans leurs apprentissages ;

- Aide au travail personnel ;

- Mise en œuvre d’une activité prévue par le projet d’école.

Dans les faits, on constate que l’institution, via les IEN, tente de favoriser l’aide aux élèves rencontrant des difficultés dans leurs apprentissages, faisant de l’APC le digne héritier de l’AP.

Des appréciations différentes


- Si l’APC est bénéfique pour les élèves, comment accepter qu’elle soit facultative ?

- Si l’APC peut aider les élèves en difficultés, comment accepter que certains en soient privés ?

- Si les élèves ont besoin de journées d’enseignement moins longues, comment accepter que certains élèves, souvent les plus en difficultés, aient des journées rallongées ?

- Si on veut apporter une aide adaptée aux élèves ayant des difficultés importantes, comment accepter le manque d’enseignants au sein des RASED en les mettant dans l’incapacité de répondre à toutes les demandes des collègues ?

La liste des paradoxes de l’APC est bien longue... Pour toutes ces raisons, dès la rentrée 2016, le SNUipp/FSU engage une campagne pour la fin des APC !

Pour le SE-UNSA, "les possibilités offertes par les APC de mettre en place des activités en lien avec le projet d’école participent ainsi à un enrichissement de l’offre pédagogique" et "Il faut donc élaborer et négocier une organisation du service des PE qui permette de conserver les APC partout où les enseignants le souhaitent". Pas pour le SNUipp-FSU !

L’enjeu pour le SNUipp-FSU est d’obtenir la réduction du temps de travail pour les enseignant-es (18h+3h avec une étape à 21h+3h). La première étape, mise en œuvre depuis une année, consiste en la réappropriation des 108 heures sans injonction hiérarchique, mis à la libre disposition des collègues. La seconde étape est la suppression sèche des APC.

Alors que les 108 h débordent, alors que 8 enseignants sur 10 sont insatisfaits de l’APC, le SNUipp-FSU vous invite à vous engager dans l’action en vous engageant dès à présent pour la suppression des APC (cliquer sur le lien). A partir de 35 000 engagements, le SNUipp-FSU s’adressera à la ministre et nous mettrons alors en action la suppression des APC.

 

6 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 58

Bourse du travail 2, boulevard Pierre de Coubertin 58000 NEVERS

Tel : 03 86 36 94 46 courriel : snu58@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de la Nièvre (58), tous droits réservés.