www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de la Nièvre (58)

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
2 février 2017

Les enseignants référents de la Nièvre reçus à la DSDEN

Jeudi 1er décembre, une délégation d’enseignants référents accompagnés par un délégué du SNUipp-FSU 58 a été reçue par Madame Astier, Secrétaire Générale de la DSDEN, et Monsieur Gien, Adjoint de Monsieur le Directeur Académique, pour évoquer la non perception de l’ISAE et leurs conditions de travail. Le Directeur Académique s’excusant de son absence, appelé au dernier moment pour une autre réunion.

En préambule, le SNUipp-FSU a rappelé que cette audience pour les enseignants référents avait lieu dans le cadre d’une action globale de lutte syndicale pour tous les « exclus de l’ISAE ». La veille, une journée de mobilisation était organisée par le SNUipp-FSU pour tous les enseignants ne percevant pas l’ISAE.

Au SNUipp-FSU, il nous paraît inconcevable qu’une partie des professeurs des écoles soit exclue de cette prime et nous soutenons les actions qui permettent de rétablir l’équité entre tous les collègues.

Les enseignants référents de France ont décidé, très majoritairement, de ne pas remplir l’enquête administrative. Dans la Nièvre, l’ensemble des enseignants référents revendique ce droit à l’ISAE et a décidé de s’engager dans la grève en ne remplissant pas cette enquête.

Doit-on rappeler que le A d’ISAE signifie accompagnement ? Il n’est pas acceptable qu’un enseignant référent dont le cœur du métier est l’accompagnement et l’orientation des élèves en soit exclu de façon arbitraire. Cette exclusion est vécue comme une injustice et une non reconnaissance de leur métier.

Monsieur Gien a reconnu le caractère arbitraire de cette exclusion et nous indique qu’il « a fait remonter » cette revendication. La question de l’ISAE ne pouvant se régler à Nevers, nous avons enchaîné sur les conditions de travail des enseignants-référents en cette rentrée. Ces derniers rappellent qu’elles se dégradent, qu’ils en sont systématiquement réduits à gérer l’urgence et que le sentiment de ne plus pouvoir effectuer ses missions d’une manière sereine prédomine.

Le nombre de dossiers à instruire est sans cesse en hausse. Les référents gèrent chacun plus de 200 dossiers d’élèves. Ce nombre ne cesse de croître compte tenu des nouvelles notifications et du fait que les élèves poursuivent leurs cursus scolaire en continuant d’être suivis au collège et au lycée.

Par conséquent, le nombre d’ESS ne cesse également de croître même s’il est demandé aux référents de n’en organiser qu’une ou deux par année scolaire ce qui est clairement insuffisant pour assurer un suivi efficace. Le temps de présence dans les établissements se réduit, ils ont de moins en moins de temps pour échanger, construire, faire le lien avec les enseignants en classe. Plus généralement la question de l’offre d’un service public de qualité et du respect de la loi de 2005 est posée.

M.Gien et M. Astier reconnaissent le travail « admirable » des enseignants référents du département (ce qu’ils avaient déjà fait lors de la CAPD qui avait lieu juste avant), eux même jugés « remarquables ». Un travail qui s’est d’ailleurs « considérablement alourdi » Ils concèdent que le nombre de dossiers à gérer est bien trop important, au dessus de la moyenne nationale (150).

Les enseignants et le SNUipp-FSU 58 ont proposé trois pistes de travail pour améliorer leurs conditions d’exercice :
-la création d’un poste supplémentaire dans le 1er degré lors de la carte scolaire
-ou la création d’un poste supplémentaire dans le 2nd degré
-ou la création d’un poste d’aide administrative afin de décharger les référents de la gestion, prise des rendez-vous, des invitations aux ESS, etc...

Si les deux premières possibilités dépendent de la carte scolaire, nos interlocuteurs rapporteront ces demandes à M. Le Directeur Académique. La troisième semble difficilement envisageable. Mme Astier et M. Gien proposent ensuite quelques ajustements d’ordre pratique pour faciliter les missions des enseignants référents. Sont évoquées entre autres par exemple la question de la suppression de la ligne téléphonique fixe par la MDPH et les organisations matérielles et humaines dans les services.

Compte tenu du nombre de dossier à gérer, un poste supplémentaire nous semble être la solution la plus adaptée pour répondre aux difficultés liées à l’exercice des missions des ER.

 

24 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 58

Bourse du travail 2, boulevard Pierre de Coubertin 58000 NEVERS

Courriel : snu58@snuipp.fr

Lundi, mardi, jeudi, vendredi de 8h30 à 17h (en dehors et pendant ces horaires nous sommes joignables par téléphone au 03 86 36 94 46)


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de la Nièvre (58), tous droits réservés.