www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de la Nièvre (58)

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Politique éducative (CTPD - CDEN) 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
20 janvier 2017

Carte scolaire : CTSD le 26 janvier

Après le CTA (comité technique académique), réuni le 19 janvier, qui a confirmé la dotation départementale de la Nièvre pour le premier degré (0 poste), le CTSD (comité technique spécial départemental) se réunira jeudi 26 janvier et commencera à étudier les propositions de l’administration en matière d’ouvertures et de fermetures de postes. Et cette année, les petites structures "rurales" sont une nouvelle fois sur la sellette...

La dotation de postes pour les écoles de la Nièvre sera nulle cette année. Nous ne nous félicitons pas de cet état de fait parce que nous savons que le DASEN procédera quand même à des fermetures de classes et d’écoles, notamment en milieu rural d’après les premiers retours que nous avons.

En effet, les besoins se font ressentir dans notre département : augmenter les personnels des RASED, ces grands oubliés de la refondation, augmenter le nombre de PMQC, augmenter le nombre de remplaçants, créer des postes en maternelle, en particulier pour les moins de trois ans, réduire le nombre d’élèves par classe, etc... Mais les choix sont douloureux, car ils devront se faire, à moyens constants, au détriment de postes "classe".

La Convention "école rurale", signée parmi les premières de France entre les députés, sénateurs, l’amicale des maires et le rectorat (avec la direction académique de la Nièvre) prévoit une mise en œuvre de l’organisation des territoires qui tend à regrouper toutes les écoles, à terme, à proximité du collège de secteur. Une convention dont nous n’avons cessé de dénoncer les effets pervers.

Elle se traduit en effet par une rationalisation des moyens qui se déclinent le plus souvent par des fusions d’écoles ou des RPI concentrés, avec à la clef la suppression des petites structures d’une à trois classes. L’IA-DASEN de la Nièvre reste visiblement cette année encore dans la logique de rapprocher les CM2 du collège ce qui, de fait, tarit les effectifs des petites écoles rurales, et les condamne à l’avenir.

Avec des arguments tels que la « rationalisation, la « mutualisation des moyens », cette vision du milieu rural provoquera ou accentuera la désertification de nos campagnes. Or, la qualité de l’enseignement dans les écoles rurales est prouvée et les enfants y ont souvent de meilleurs résultats que les urbains. 

Nous constatons que l’Éducation Nationale se désengage de fait car une grande latitude est laissée aux élus sans concertation avec les principales personnes concernées, à savoir les parents d’élèves et les enseignants. En supprimant une école, on enlève la vie qui est autour et la disparition des services publics a toujours un effet néfaste sur des populations qui se sentent abandonnées par l’État, et elles n’ont pas tort.

Il n’est pas tenu compte de l’intérêt des élèves, des familles et des enseignant-es, du maillage territorial, et cela introduit une iniquité de traitement au sein d’un même territoire. La FSU 58, avec le SNUipp-FSU 58, ne peut accepter un tel processus et rappelle l’importance qu’elle accorde au maintien de ces écoles. Elle impulsera et participera aux mobilisations départementales pour le maintien d’une école rurale de proximité au service des élèves et des familles.

 

12 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 58

Bourse du travail 2, boulevard Pierre de Coubertin 58000 NEVERS

Tel : 03 86 36 94 46 courriel : snu58@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de la Nièvre (58), tous droits réservés.