www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de la Nièvre (58)

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Formation 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
11 octobre 2017

Une offre de formation guère plus "riche"

Le conseil départemental de formation s’est tenu vendredi 29 septembre en présence du Directeur académique adjoint, de la Directrice du département MEEF de l’ESPE de Bourgogne, des représentants des IEN, des représentants des formateurs de l’ESPE, des représentants des Maîtres formateurs auprès des IEN, des représentants des Maîtres formateurs, d’un représentant de CANOPE et des représentants des personnels. A l’ordre du jour, un bilan de la formation continue 2016-2017, une présentation du plan départemental de formation 2017-2018 et les questions diverses.

Le bilan 2016-2017 :

M. Gien rappelle le cahier des charges académiques de l’an passé qui s’articulait autour de trois axes : la mise en oeuvre des nouveaux programmes et leurs contenus, le numérique et les REP. L’administration se félicite des offres de formation qui se sont déroulées "au plus près du contexte de travail des enseignants" (parce que cela évite de payer des frais de déplacement...), formations qui ont eu lieu in situ et pour lesquelles ce sont les formateurs qui se sont déplacés.

Quelques chiffres donnés par l’administration : en 2016, 3 374 journées de stages contre 3 066 en 2015 et 1 023 stagiaires concernés en 2016 contre 1 035 en 2015. Face à ces données, l’administration estime "avoir donné le maximum" et se félicite de ces 300 journées de stages en plus par rapport à l’année passée. Difficile cependant de parler de "formation sans cesse plus riche" comme le Président de la République le prétend dans sa lettre aux enseignants, ce que nous avons dénoncé dans notre déclaration préalable (voir ci-contre). A titre d’exemple, une place toujours importante a été donnée pour la formation des directeurs d’école et chargés d’école.

Le constat n’est donc pas reluisant ! L’idée d’une formation continue ambitieuse et de grande qualité est inscrite dans la feuille de route du nouveau ministre. Le programme « Macron » prévoit que tout enseignant devrait bénéficier d’au moins trois jours par an de formation continue adaptée aux besoins rencontrés dans sa classe. C’est déjà le cas si les animations pédagogiques sont comptabilisées ! Il est aussi envisagé que la moitié de ces heures de formation pourra être effectuée via des modules en ligne. S’il s’agit de Magistère et des MOOC, rien ne nouveau … et toujours pas d’embellie en vue !

Il est également à constater, déjà en 2016 et à nouveau en 2017, que les formations à public désigné prennent une place (trop) importante dans le plan de formation par rapport aux formations à candidatures individuelles. Ce que nous avons également dénoncé. La formation doit être librement choisie et accessible à tous les enseignants quelque soit leur poste en fonction de leurs besoins et de leurs envies !

Le plan de formation 2017-2018 :

Un plan de formation qui est lié aux priorités nationales (Lire - Ecrire - Compter - Respecter autrui) et aux priorités académiques ( Accompagner l’évolution des pratiques pédagogique - Assurer un parcours de réussite à chaque élève - Favoriser la convergence des efforts de tous les acteurs et partenaires de l’école).

Au niveau départemental, cela se traduit par différentes expérimentations, réflexions avec l’aide de professionnels ou des chercheurs. Monsieur le Directeur académique adjoint l’affirme : "Nous avons la volonté de nous appuyer sur l’expérimentation et sur la venue de chercheurs ". Au SNUipp-FSU, nous ne pouvons que saluer cet effort, nous qui le revendiquons et le mettons en oeuvre au travers de l’Université d’Automne de Port-Leucate ou de l’Université de printemps dans le département. Il nous parait fondamental de défendre la formation en présentiel pour créer des échanges entre professionnels, en invitant des chercheurs pour faire évoluer nos pratiques et nourrir notre réflexion. Comme avec Viviane Bouysse, qui était intervenue lors de la 2ème Université de printemps, et qui sera programmée par la DSDEN cette année pour une conférence.

Nouveauté cette année pour les candidats au CAPPEI (ex-CAPA-SH) : une formation est assurée pour chacun par l’ESPE de Dijon (en alternance entre Dijon et Nevers). Cette formation en partenariat entre lerectorat et l’ESPE de Bourgogne est adossée à un master (pour le moment niveau master 1). Ce qui permet d’avoir une formation reconnue par un grade universitaire. Pour le SNUipp-FSU, cela est une véritable avancée pour la formation initiale des enseignants spécialisés. Nous espérons que cela marque la fin de la formation en candidat libre imposée.

Concernant le PPCR, l’administration n’a prévu aucun temps d’information. Actuellement, les équipes se forment sur le sujet et travaillent pour une harmonisation au niveau académique. Il est à noter, que tous les collègues qui auront un rendez-vous de carrière cette année (actuellement à l’échelon 6 et 8) ont reçu un courrier dans leur boîte i-prof fin juin début juillet. Les inspecteurs débutent ces rendez-vous de carrière au retour des vacances de la Toussaint. Nous vous proposerons prochainement des temps de rencontres pour échanger sur le sujet.

 

1 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 58

Bourse du travail 2, boulevard Pierre de Coubertin 58000 NEVERS

Tel : 03 86 36 94 46 courriel : snu58@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de la Nièvre (58), tous droits réservés.