www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de la Nièvre (58)

Thèmes abordés


Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : CAPD  / Mouvement départemental 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
12 février 2009

Règles du mouvement : on commence à y voir plus clair...

Un premier groupe de travail traitant des règles du mouvement départemental s’est tenu jeudi 12 février. A cette occasion, les grandes lignes nous ont été présentées. Un certain nombre de changements (barème, nominations, vœux...) est à prévoir. Nous avons pu discuter de chaque point et avancer nos propositions.
A notre demande, une nouvelle consultation aura lieu vendredi 13 mars avant la CAPD qui validera ces règles le 20 mars prochain. D’ici-là, vous pouvez réagir et donner votre avis.

Les changements qui vont intervenir dans les règles du mouvement départemental, comme Mme Chevalot, secrétaire générale à l’Inspection Académique, a tenu à nous le rappeler en préambule, sont une demande du Ministère et devront être harmonisés entre les quatre départements de l’académie.
D’après l’administration, ces règles doivent tenir compte des huit priorités suivantes :
Nommer un maximum de collègues au premier mouvement à titre définitif
Pour cela, un seul mouvement sera organisé. Le serveur sera ouvert du 27 avril au 12 mai. La CAPD aura lieu le 11 juin et un groupe de travail de "réajustement" (qui restera, quoi qu’on en dise, nécessaire) devrait se tenir le 2 juillet.
Le nombre de vœux serait limité à 25 (au départ, l’administration en proposait 20), ce qui parait peu compte-tenu de l’objectif affiché de nommer un maximum de collègues. De plus, les collègues sans affectation à titre définitif devront obligatoirement formuler 5 vœux géographiques, qui devraient correspondre aux circonscriptions (ceux nommés à TD auraient aussi la possibilité de le faire).
Nous sommes intervenus pour souligner que, dans la mesure où ils doivent postuler sur toutes les zones géographiques, les collègues pourraient être nommés n’importe où dans le département, sur n’importe quel type de poste. L’administration propose l’utilisation par les candidats au mouvement d’une fiche qui précisera les secteurs prioritaires à l’intérieur d’une zone géographique, certaines étant relativement étendues. Nous avons de notre côté proposé que sur cette fiche les collègues puissent indiquer également le type de poste (maternelle, élémentaire, TR...) qu’ils souhaiteraient obtenir en priorité.
Par ailleurs, les enseignant(e)s en congé parental perdraient systématiquement le bénéfice de leur poste. On voudrait décourager les collègues (en grande majorité des femmes) à prendre ce type de congé qu’on ne s’y prendrait pas autrement ! Suite à nos protestations, l’administration propose d’interroger les personnes concernées sur leur intention au 1er septembre et ne libèrerait pas leur poste s’ils s’engagent à reprendre leur service. Le SNUipp a rappelé sa demande que les collègues conservent leur poste une rentrée scolaire, pour une plus grande stabilité des équipes.

Accorder une attention particulière aux titulaires première année
Le problème de l’affectation des jeunes néo-titulaires se pose de façon récurrente depuis longtemps. Comment éviter que les enseignants les moins expérimentés soient contraints d’occuper les postes les moins attractifs ou les plus difficiles ?
L’administration propose deux solutions : soit ils bénéficient d’une priorité absolue sur tous les autres collègues, soit on leur accorde des points de bonification exceptionnels dans le barème. Jusqu’à maintenant, les professeurs des écoles ne pouvaient pas être nommés sur des postes ASH s’ils ne le désiraient pas dans les deux premières années d’exercice, ce qui évitait également aux T2 d’exercer sur un poste difficile l’année de leur première inspection. L’administration propose également de donner des points de bonification aux T2.
Autre problème : faut-il nommer les T1 à titre définitif, comme l’administration semble le vouloir, au risque de bloquer le mouvement des années suivantes ?
Dans tous les cas se pose le problème des T3 ou T4 ou des titulaires remplaçants qui se verraient contraints d’officier sur ces postes non pourvus, surtout qu’à partir de l’année prochaine, il n’y aura plus de liste complémentaire.

Valoriser le rapprochement de conjoint
C’est une des grandes nouveautés. Pourtant, dans l’Académie, seule la Côte d’Or, qui le prend déjà en compte, semble favorable à l’intégrer au barème. De plus, cet aspect, après discussion, avait disparu de la note de service de 6 novembre 2008. Des points supplémentaires seraient accordés aux collègues dont le lieu de travail du conjoint est éloigné de plus de 40 kilomètres.
Par contre, la note, comme les points "enfants à charge" disparaitraient du barème. Nous avons demandé que les points "enfants" servent à départager les candidats au barème identique, avant la note et l’âge.

Prendre en compte le handicap
Autre nouveauté, plus compréhensible, les collègues souffrant d’un handicap bénéficieraient de points supplémentaires ou d’une priorité absolue sur "un poste compatible avec le handicap", suite à l’avis du médecin de prévention. Nous avons regretté que le handicap de l’enfant ne soit pas pris en compte.

"Valoriser" certains postes
Les IEN vont déterminer ces postes d’ici la fin mars. Ceci devrait concerner l’ASH et les postes où il est observé un important "turn-over" ces dernières années. Dans le projet, une bonification de 6 points serait accordée à celles ou ceux qui s’engageraient à rester 3 ans sur ces postes. Une liste devrait nous être présentée lors du prochain groupe de travail.
En outre, les collègues en formation CAPA-SH ne conserveraient plus le poste qu’ils occupaient à TD avant leur formation mais bénéficieraient d’une priorité, y compris sur les collègues qui possèdent déjà la certification (ce qui pose question), sur le poste en spécialisé qui leur sert de support. Ils seraient ainsi nommés à TD à l’obtention du diplôme.

Définir des "postes à profil"
Seraient concernés les postes d’enseignant référent, de conseiller pédagogique et peut-être les postes en SESSAD et en UPI d’après M. Gien. Les collègues seront nommés "hors-barème" après passage devant une commission. Cependant, nous avons eu l’assurance que la commission examinera en premier lieu les candidatures des titulaires d’une spécialisation et qu’il n’y aura pas de nomination à titre définitif sans certification.

Tenir compte des mesures de carte scolaire
Pas de changement par rapport aux règles jusqu’ici en vigueur. Les enseignants victimes d’une mesure de carte scolaire (dernier arrivé dans l’école en tant qu’adjoint ou adjoint fléché langue vivante) continueraient à bénéficier d’une bonification de 6 points et seraient prioritaires pour rester dans l’école, le RPI ou la commune sur un poste de même nature.

Renforcer l’information et le conseil aux personnels
L’administration, surtout pour "couper l’herbe sous le pied" des représentants du personnel, s’engage à informer régulièrement les collègues sur le mouvement par le biais du site internet, d’I-PROF et en mettant à leur disposition un numéro de téléphone à l’Inspection Académique. Dans les faits, pas beaucoup de changement dans la mesure où les personnels de l’inspection (tout comme les délégués du SNUipp qui répondront plus que jamais aux interrogations des collègues) informaient déjà volontiers les collègues qui les sollicitaient. Ceci dit, du travail supplémentaire en perspective pour le personnel administratif, dont les effectifs sont déjà insuffisants !
Les collègues seraient informés de leur nomination à la suite d’un groupe de travail, avant la tenue de la CAPD du 11 juin. Nous avons demandé que les documents préparatoires nous soient communiqués avant afin que nous puissions effectuer notre travail de vérification et de contrôle. Dans le cas contraire, l’équité et la transparence ne peuvent être garanties !

1 Message

  • Règles du mouvement : on commence à y voir plus clair...

    8 mars 2009 10:43, par Aurélie Martin

    Je ne peux rester passive devant de telles propositions ! Je suis outrée que l’on puisse diviser d’une telle manière le personnel enseignant. Ce changement n’est en aucun cas juste et logique c’est pourquoi je réagis à l’annonce des changements des règles du mouvement en vous donnant mon avis de future T3 en quelques mots simples.

    Il n’y a bien que dans l’Education Nationale que les débutants sont bonifiés ! Nous pourrions nous réjouir d’une telle situation si ce n’était pas au détriment d’autres collègues.

    Donnons aux premières années ces postes que les plus ou moins expérimentés ( T3….T4 …..T5 ???) aimeraient pourvoir grâce à leurs premières années de galères, à leur note d’inspection et à leur ancienneté …. ! Mais non, on efface tout… Les kilomètres, les 60 heures de travail par semaine et les premières années à l’issue desquelles on se dit « Allez, tu avances, tu prends des points, ton inspection peut t’apporter quelque chose, tu vas te sentir de mieux en mieux… » UTOPIE !

    Dans tout métier, les débutants ont des postes plus ou moins gratifiants. Plus on a de l’ancienneté, plus on a le droit de prétendre à meilleur. Lorsque j’emploie le mot « meilleur », je parle de l’emplacement géographique et du choix du niveau d’enseignement. Toutefois, je suis d’avis que plus on acquiert de l’expérience, plus on est apte à enseigner sur des postes difficiles. MAIS C’EST UN SOUHAIT , LE CHOIX DE L’ENSEIGNANT ET NON UNE ( future) OBLIGATION. C’est un avantage de notre métier que de changer autant que l’on souhaite de poste et de diversifier son enseignement par des postes spécialisés. Alors, conservons-le en tant que tel.

    Je n’ai pas d’enfants mais je pense à l’avenir. Je ne suis pas qu’une machine qui consacre 50 à 60 heures par semaine à son travail. Je trouve logique que des collègues bénéficient de points attribués suivant le nombre d’enfants. Dans ce métier où la grande majorité des enseignants sont des femmes, il peut être parfois difficile de gérer la vie privée et professionnelle. Alors permettre à des collègues de se rapprocher de leur lieu d’habitation ou de choisir un poste plus confortable grâce à quelques points de plus au barème, je juge cela équitable. Je souhaite pouvoir bénéficier de ces points dans le futur.

    Enfin, je ne parviens pas à trouver un métier où le personnel ne se trouve pas un jour confronter à un jugement professionnel de sa hiérarchie. Ce jugement professionnel peut prendre plusieurs formes, toujours est-il qu’il fait évoluer financièrement une carrière. Dans l’Education nationale, il n’y a pas de critères qui différencient la motivation et l’investissement de l’enseignant mis à part la note de l’inspection. Alors comment être considéré professionnellement et financièrement, autrement ? J’en viens à dire que parfois les mots de la hiérarchie et les sourires des enfants ne suffisent plus.

    Aurélie MARTIN T2 CE2/ CM1 La Clé Verte GUERIGNY

 

12 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 58

Bourse du travail 2, boulevard Pierre de Coubertin 58000 NEVERS

Courriel : snu58@snuipp.fr

Lundi, mardi, jeudi, vendredi de 8h30 à 17h (en dehors et pendant ces horaires nous sommes joignables par téléphone au 03 86 36 94 46)


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de la Nièvre (58), tous droits réservés.