www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de la Nièvre (58)

Thèmes abordés


Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Métier 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
26 mai 2012

Restaurer la fierté des enseignants !

On demande de plus en plus aux enseignants, dans des conditions de plus en plus difficiles et des temps de plus en plus contraints. Pour le SNUipp, il est urgent de changer la donne ! C’est pour en discuter que le SNUipp a fait réaliser le film "Une école des élèves". Donner à voir, le travail d’une équipe, sans l’ériger ni en modèle ni en référence, mais comme objet de départ d’une réflexion sur le travail enseignant. Pour en débattre samedi 14 avril à Guérigny, avec le GFEN 58, Il a fait appel à Rebecca Houzel, réalisatrice du film, Corine Ojalvo, PEMF filmée dans sa classe, Youri Meignan, PE et membre du laboratoire de psychologie sociale du Centre National des Arts et Métiers (CNAM) et Sébastien Sihr, secrétaire général du SNUipp-FSU.

Depuis 2008, les orientations prises aboutissent à un assèchement de l’école et à une dégradation des conditions d’apprentissage des élèves et d’enseignement des enseignants. Suppressions de postes, programmes 2008, réorganisation de la semaine de classe, prescriptions multiples et contradictoires, aide personnalisée, évaluations nationales, surcharge de travail... aucune des mesures ne correspond à un « mieux d’école » pour nos élèves, et l’ensemble constitue une véritable course d’obstacle à bien faire son métier.
A l’occasion de la demi-journée d’information syndicale organisée conjointement avec le GFEN 58, les enseignants de la Nièvre ont pu débattre en toute liberté de leurs conditions de travail et de la nécessaire transformation de notre métier.

JPG - 76.7 ko
Des enseignants nivernais attentifs

En premier lieu, il s’agit, comme l’a dit Sébastien Sihr, de restaurer "la confiance des enseignants", en eux-mêmes, de la part des parents d’élèves mais aussi de leur hiérarchie. Donner aux équipes les moyens de faire du travail de qualité suppose que chaque enseignant puisse être acteur de l’évolution de son métier et partie prenante des transformations de l’école.
Pour cela, les enseignants ont besoin de temps, pour les élèves en difficulté mais également pour le travail en équipe. C’est avoir la possibilité de travailler plus sereinement à partir de regards croisés sur les difficultés et les réussites des élèves. Seul on se débrouille, on s’épuise parfois. A plusieurs on démultiplie l’énergie et l’intelligence pour aider tous les enfants, mais également pour parler de soi, des difficultés qu’on rencontre. Bien que fécond, le travail en équipe ne se décrète pas, surtout s’il est corseté par le manque de temps. Aujourd’hui le volontariat atteint ses limites. Des décisions institutionnelles sont indispensables. Les enseignants ont besoin de temps et d’espaces consacrés à la réflexion collective, de "moments d’échanges professionnels".

JPG - 70.6 ko
Sébastien Sihr, Youri Meignan, Corine Ojalvo et Rebecca Houzel

Travailler en équipe, comme enseigner, ça s’apprend ! Une plus grande professionnalité passe aussi par une meilleure formation initiale et continue des enseignants, au contraire de la réforme calamiteuse qui s’est mise en place. Contenus d’enseignement, diversité des publics, compréhension des situations d’échec...
Enfin, en maternelle comme en élémentaire, "plus de maîtres que de classes" permettrait d’accroître la richesse pédagogique et de mieux s’adapter aux différentes situations. Ici des petits groupes d’élèves, là un moment pour privilégier un point du programme, ailleurs la possibilité de décloisonner plusieurs classes en fonction d’un projet, ou encore l’opportunité d’enseigner à deux dans une classe. C’est un formidable levier pour le travail en équipe.

L’administration a vite fait de renvoyer chacun à une difficulté individuelle alors que c’est le travail lui même qui est en cause : son organisation, les injonctions parfois contradictoires, « l’infaisabilité » dans laquelle on place les enseignants, l’isolement face à des problèmes complexes, l’accumulation de la charge de travail... il s’agit donc bien d’inverser la donne, en apportant des réponses collectives. Un peu comme en classe où le savoir s’élabore par la construction collective du savoir... Chacun apportant « sa petite pierre » !

 

20 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 58

Bourse du travail 2, boulevard Pierre de Coubertin 58000 NEVERS

Courriel : snu58@snuipp.fr

Lundi, mardi, jeudi, vendredi de 8h30 à 17h (en dehors et pendant ces horaires nous sommes joignables par téléphone au 03 86 36 94 46)


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de la Nièvre (58), tous droits réservés.