www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de la Nièvre (58)

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
24 janvier 2013

23 janvier : mobilisation réussie

Mercredi 23 janvier, à l’initiative du SNUipp-FSU, les enseignants se sont mobilisés pour l’Ecole. Manifestations, rassemblements, demandes d’audience aux DASEN, conférences de presse… ce sont 83 rendez-vous qui ont été organisés, partout en France pour interpeller le ministre de l’éducation nationale pour un vrai changement. A Nevers, à l’appel du SNUipp, du SE-UNSA, de la CGT éduc’action et du SGEN-CFDT, une centaine d’enseignants étaient présents devant une Direction Académique fermée... par une chaîne et un cadenas ! Le dialogue social est en marche... Retrouvez ci-dessous le propos du SNUipp-FSU 58 lors de ce rassemblement.

Aujourd’hui, partout en France, les enseignants manifestent. Ils souhaitent ainsi être enfin entendus sur les changements nécessaires dans leurs conditions de travail pour faire réussir les élèves.

En ne recueillant que 5 voix sur plus de 60 votants, le projet de décret relatif à l’aménagement du temps scolaire a été désavoué par la communauté éducative au Conseil supérieur de l’Education. Pour sa part, le SNUipp-FSU a voté contre le texte ministériel au CSE et au CTM. A cette heure, le compte n’y est pas, ni pour les élèves, ni pour les enseignants. Ce qui devait être une réforme emblématique de la Refondation se révèle être une grande déception.

Le SNUipp-FSU est fermement opposé à la semaine de 4 jours instituée par le décret Darcos de 2008 avec ses journées alourdies par l’aide personnalisée. Il n’est pas pour autant favorable au projet de décret actuel sur l’aménagement des temps scolaires. Celui-ci est inacceptable : il allège de manière insuffisante la journée scolaire et il n’offre aucune garantie d’un périscolaire gratuit et de qualité pour tous, il écarte les conseils d’école du processus de modification des rythmes. En l’état il n’offre aucune garantie d’amélioration des conditions d’apprentissage des élèves. Dans le même temps il ouvre la voie à des dégradations certaines des conditions d’exercice de notre métier. Il n’apporte pas de réponse sur une nécessaire revalorisation salariale notamment pour compenser les coûts engendrés par le passage à 4 jours et demi.

Le SNUipp-FSU n’est pas pour le statu-quo, mais changer... c’est pour du mieux ! Il est favorable à une réforme des rythmes réussie pour tous les élèves sur tout le territoire. Il est favorable à une réforme des rythmes prenant en compte les conditions de vie personnelle et professionnelle des enseignants. Le SNUipp-FSU exige que le décret des rythmes soit totalement réécrit. Le ministère doit mettre en place pour cela un dispositif de consultation des enseignants (avec des journées banalisées). Il doit prendre en compte tous les paramètres : journée, mois, année, le fonctionnement de l’école dans son ensemble mais aussi tous les temps de l’enfant. Enfin il doit conduire à un allègement significatif de la journée scolaire.

Concernant les activités pédagogiques complémentaires, le SNUipp-FSU rappelle sa revendication d’une réduction du temps de service pour les enseignants. Dans ce cadre, il revendique 3 heures de concertation par semaine à la disposition des équipes qui ne peut se mettre en place aujourd’hui que sur l’intégralité du volume de ces APC. Le SNUipp-FSU dénoncera tout dispositif qui s’apparenterait à l’Aide perso.

JPG - 83.1 ko
DSCF3918

Sur un autre sujet, plus de 30 000 élèves supplémentaires sont attendus dans le pays à la rentrée 2013. La création de 3 006 postes d’enseignants dans les écoles primaires marque un changement de cap avec les dotations précédentes qui s’affichaient depuis plusieurs années en négatif. Cependant, dans notre département, cette carte scolaire dégrade les effectifs de classe de 8 écoles pour n’en stabiliser qu’une seule. Le plus de maîtres que de classes sera principalement un réhabillage de l’existant. La priorité affichée pour la maternelle est quant à elle complètement ignorée. C’est pour cela, entre autre, que nous avons voté contre le projet de M. le Directeur académique en CTSD vendredi dernier.

De même, la question urgente de notre pouvoir d’achat doit être traitée. Il ne suffit pas que le ministre reconnaisse qu’il « serait digne de mieux payer les enseignants ». Il doit au plus vite ouvrir des discussions sur les carrières des enseignants des écoles victimes d’un déclassement salarial important. La revalorisation financière devra également prendre en compte les coûts engendrés par la réorganisation de la semaine. Le SNUipp-FSU appelle à signer massivement la pétition en ligne concernant le salaire des enseignants des écoles et à participer tout aussi massivement à la grève et aux manifestations du 31 janvier.

Ce 31 janvier, le SNUipp-FSU appelle les enseignants à participer massivement à la journée de grève et de manifestations dans le cadre de la journée d’action de toute la fonction publique à l’appel de la FSU, la CGT et Solidaires pour l’emploi, les salaires et le pouvoir d’achat en exigeant notamment une augmentation urgente de la valeur du point d’indice, l’abrogation du jour de carence et l’amélioration du fonctionnement de la Fonction publique et des services publics.

Aujourd’hui nous sommes venus nombreux pour montrer que l’on devait tenir compte des enseignants quant à l’évolution de l’école. Continuons à l’être dans les prochains rendez-vous, sur la question des rythmes comme de nos salaires.

 

1 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 58

Bourse du travail 2, boulevard Pierre de Coubertin 58000 NEVERS

Tel : 03 86 36 94 46 courriel : snu58@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de la Nièvre (58), tous droits réservés.