www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de la Nièvre (58)

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
3 mai 2013

1er mai dans la Nièvre

La tradition du 1er mai a été respectée dans la Nièvre. A l’appel de la FSU, de la CGT, de Solidaires et de FO, quatre défilés ont été organisés à Nevers, Cosne, Clamecy et Decize. Retrouvez ci-dessous le discours de la FSU 58.

"Certes, après des années Sarkozy qui nous ont paru interminables, il était compliqué de remettre sur pied la société française, dégradée dans ses institutions et ses pratiques.
Certes, François Hollande n’est en poste que depuis un an !
Cependant, ceux qui l’ont élu, que ce soit avec enthousiasme ou résignation, ne se retrouvent pas dans la politique menée actuellement et étaient en droit d’attendre davantage des promesses électorales.
Car, mesdames et messieurs les députés, oui , je m’adresse directement à eux, il ne suffit pas d’être assis à gauche dans l’hémicycle de l’Assemblée Nationale pour faire une politique de gauche. Et nous avons matière à nous inquiéter quand l’UMP s’abstient parce qu’il compte sur le groupe socialiste pour faire adopter un projet de loi co-écrit et soutenu par le Medef. Entre les mots et les actes, la désillusion est grande dans la population au terme d’une année qui aurait dû être une rupture franche.
Rupture en supprimant les lois sécuritaires -que ce soit sur la sécurité intérieure, la circulation des personnes ou l’acharnement contre les syndicalistes.
Rupture en protégeant l’emploi industriel mis à mal par le libéralisme qui prévaut dans l’Union Européenne et en France.
Rupture en redonnant aux services publics leurs rôles d’égalité et de cohésion sociale : je citerai les exemples des transports, de l’hôpital qui ne peut plus fonctionner après la loi Bachelot. Et quand le ministère de l’ Education Nationale nous présente sa “refondation de l’école”, on lit des mesures mal pensées, mal préparées qui ne sont pas près de remettre l’ascenseur social en route pour une société plus juste.
Pour que la désillusion ne devienne pas définitivement du désespoir, il est de première importance que les députés cessent d’écouter ceux qui ne les ont pas élus, je veux dire par là, les institutions européennes et les formations patronales ou en connivence avec le patronat. Au contraire, il est de première importance que les parlementaires écoutent enfin leurs électeurs et entendent les propositions alternatives pour que notre « démocratie, [redevienne] le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple ».

JPG - 222.9 ko
1er mai 2013

La FSU demande l’ouverture de discussions sur la question de l’emploi dans la Fonction publique et les services publics pour aborder les vrais sujets qui ont été jusque-là ignorés : l’emploi, les rémunérations, la défense des statuts et le droit à des conditions de travail dignes et respectueuses de l’être humain doivent être maintenant les préoccupations principales du gouvernement. Faute de quoi les mobilisations actuelles dans lesquelles la FSU est souvent partie prenante, et les futures luttes s’inscriront dans la durée. Pour convaincre, pour peser et pour gagner, le rapport de forces est essentiel. Rien ne peut se faire sans les personnels qui sont les acteurs essentiels des transformations."

 

3 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 58

Bourse du travail 2, boulevard Pierre de Coubertin 58000 NEVERS

Tel : 03 86 36 94 46 courriel : snu58@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de la Nièvre (58), tous droits réservés.