www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de la Nièvre (58)

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
7 janvier 2014

Un enseignant nivernais sur trois en grève !

Ce jeudi 5 décembre, 33 % des enseignants du premier degré du département étaient en grève pour l’amélioration de leurs conditions de travail, pour un budget ambitieux pour la transformation de l’école et pour une autre réforme des rythmes.

N’en déplaise à l’administration, ce ne sont pas 21 % des enseignants nivernais qui étaient en grève, mais bien 33 % des collègues étant soumis à une déclaration préalable (40 % au niveau national).

Une cinquantaine d’entre eux étaient présents au rassemblement initié par le SNUipp-FSU 58 devant la direction académique. A l’issue de ce rassemblement, une délégation a été reçue par Mme Malvy, secrétaire générale, et par M. Gien, IEN adjoint au Directeur Académique. Une audience pendant laquelle nos représentants ont exprimé le malaise de la profession, du à la dégradation des conditions de travail.

JPG - 85.5 ko
Rassemblement devant la Direction Académique

Les attentes des enseignants du primaire sont en effet fortes. Parce que le métier est de plus en plus complexe et les conditions de son exercice de plus en plus difficiles. Pouvoir bien faire son métier au service de la réussite des élèves constitue une demande urgente.

Dans les médias, le ministre parle déjà d’acte II de la refondation. Dans les écoles, les enseignants cherchent en vain la déclinaison du premier acte. Désolé, monsieur le Ministre, les professeurs des écoles, au quotidien, ne perçoivent pas d’amélioration de leurs conditions de travail, bien au contraire !

La priorité au primaire ne peut pas se résumer à une réforme des rythmes mal pensée et contestée. Celle-ci doit être remise à plat partout où les écoles le demandent, et de la souplesse doit être permise, comme par exemple la possibilité de choisir le samedi matin, ce que refuse notre Directeur Académique.

Et pendant ce temps-là, la nécessaire transformation de l’école reste à quai et ce d’autant que l’investissement budgétaire ne se traduit pas encore par une vraie « priorité au primaire ».
L’enquête PISA, dont Monsieur Peillon s’est largement servi pour justifier sa politique, a confirmé l’importance de démocratiser notre école, parce qu’il est aujourd’hui insupportable de voir les écarts se creuser entre ceux qui réussissent le mieux et les 20% d’élèves les plus en difficulté issus des milieux les plus défavorisés. Il est donc urgent d’inverser cette tendance. Chiche, monsieur le Ministre ?

  Car n’oublions pas que l’enjeu fondamental pour notre école, c’est celui de la réussite de nos élèves qui se construit d’abord et avant tout sur le temps scolaire. Cette ambition réclame un mieux d’école qui conjugue l’amélioration des conditions d’apprentissage des élèves et celle des conditions de travail des enseignants.

  Pour le SNUipp-FSU, la priorité au primaire, ce doit être des mesures concrètes qui se vivent dans les écoles notamment pour aider les élèves les plus fragiles en s’appuyant sur le professionnalisme des enseignants : baisse des effectifs, formation continue, déploiement du « plus de maîtres que de classes », temps pour le travail en équipe, confiance envers les enseignants, revalorisation du métier avec notamment l’alignement de l’ISAE sur l’ISOE du second degré…

La priorité au primaire a besoin d’un coup d’accélérateur. Le ministre doit y répondre ! 

 

1 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 58

Bourse du travail 2, boulevard Pierre de Coubertin 58000 NEVERS

Tel : 03 86 36 94 46 courriel : snu58@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de la Nièvre (58), tous droits réservés.