www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de la Nièvre (58)

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Métier 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
4 mars 2008

« Stages de remise à niveau » pendant les vacances scolaires

Le 1er février dernier, Xavier Darcos, ministre de l’Education nationale, s’est adressé dans une note aux recteurs, inspecteurs d’académie et IEN pour leur demander de mettre en place le dispositif de « stage de remise à niveau » pendant les vacances scolaires pour les élèves de CM1 et CM2 qui présentent d’importantes lacunes en français et mathématiques. Dans la Nièvre l’Inspecteur d’Académie nous assurait à la dernière CAPD (le 26 février) n’avoir reçu aucune instruction dans ce sens.

Par une note de service, les IEN du département cherchent à mettre en place cette note du ministre en demandant aux enseignants de faire savoir pour le 11 mars quels enseignants sont volontaires.

Les stages en question se dérouleront sur trois périodes de l’année (vacances de printemps, première semaine de juillet, dernière semaine d’août) et se feront chacun sur une durée de 15 heures à raison de 3 heures par jour. Les groupes d’élèves ne doivent pas excéder l’effectif de 6. Avant le début des stages, l’enseignant des élèves concernés doit établir un bilan de compétences en maths et en français pour chaque élève qu’il lui faut remettre aux enseignants qui conduiront le stage. A la fin de celui-ci, une évaluation des progrès de chaque élève sera établie et communiquée à la famille ainsi qu’à l’enseignant de la classe. Les stages seront conduits par des enseignants volontaires qui seront rémunérés en heures supplémentaires d’enseignement (*), on rappelle que celles-ci sont depuis octobre défiscalisées et seront bientôt majorées de 25% « conformément aux décisions prises par le Président de la République pour améliorer le pouvoir d’achat des fonctionnaires » (sic).En annexe à la note figurent les quota d’heures supplémentaires d’enseignement attribués à chaque académie. Au total, pour la France (métropole + DOM), ce seront 991440 HSE qui seront dépensées (3 X 330480).

La position du SNUipp-FSU

« Diviser par trois en cinq ans le nombre des élèves quittant l’école primaire avec de graves difficultés et diviser par deux le nombre de ceux qui entrent au collège avec au moins un an de retard » est une louable ambition, tout aussi louable que celle de « diviser par 5 en 10 ans le nombre de propositions démagogiques des ministres successifs de l’Education nationale tout en multipliant par 8 les mesures véritablement concertées au lieu d’être imposées », tout aussi louable que celle de « multiplier par 2 en 5 ans le pouvoir d’achat des fonctionnaires tout en divisant par 10 l’inflation et le chômage », tout aussi louable que celle de « multiplier par 1,5 en 6 ans la fréquentation du salon de l’agriculture tout en divisant par 100 le nombre d’insultes qui y sont proférées ».

Le SNUipp-FSU ne nie pas qu’il y a un nombre trop important d’enfants en difficulté mais ce n’est pas en imposant des mesures démagogiques telles que ces stages « de remise à niveau » tout en supprimant 2 heures hebdomadaires d’enseignement que l’on réglera le problème. Nous attendons un autre dispositif, véritablement concerté celui-là.

Le plus scandaleux dans l’affaire est qu’on nous dit que les caisses de l’Etat sont vides, qu’on n’augmente les fonctionnaires en 2008 que de 0,8% (en fait 0,5% seulement sur l’année) alors que l’inflation s’élève à 2,7%, que les prix de l’énergie (gaz, électricité, essence) tout comme les loyers flambent, que la hausse des prix des denrées alimentaires est confirmée par Bercy (de 11 à 18%). Pendant ce temps, X. Darcos trouve le moyen de financer 991440 heures supplémentaires ! Ne vaudrait-il pas mieux augmenter les salaires de tous les fonctionnaires ? Visiblement, M. Xavier Darcos préfère plutôt chercher à diviser la profession en « augmentant » le pouvoir d’achat de ceux qui sont sensibles aux sirènes sarkoziennes et seulement ceux-là.

Le SNUipp-FSU appelle donc tous les collègues à ne pas entrer dans ce dispositif qui n’a rien à voir avec le dispositif « collège ouvert » qui existe déjà depuis de nombreuses années, réellement concerté celui-là, et qui s’attaque réellement au problème de la difficulté scolaire et sociale.

Accepter ce dispositif, ce serait :

* admettre que nous acceptons d’être mal payés (puisque l’on accepte le principe des HSE pour compenser) alors qu’il nous faut continuer à nous battre pour le pouvoir d’achat de tous. * admettre l’idée largement répandue que les enseignants ont trop de vacances (puisque ils acceptent de travailler pendant). * admettre que par un coup de baguette magique avec 45 heures de stage (3 X 15) on va résoudre des problèmes qui perdurent depuis de longues années et auxquels se sont déjà attaqués les enseignants successifs des enfants concernés et le RASED.

Le SNUipp-FSU

* appelle donc les enseignants du 1er degré à renvoyer vers les IEN, les IA et les communes les parents qui seraient demandeurs des « stages de remise à niveau pendant les vacances ». * considère que les directeurs n’ont aucune responsabilité à prendre dans l’organisation de ces activités hors temps scolaire basées sur le volontariat d’enseignants. * appelle les collègues de CM1 et de CM2 à ne pas renseigner des bilans de compétences spécifiques pour les élèves concernés, mais à simplement mettre à disposition des enseignants effectuant les stages les résultats habituels d’évaluations.

(*) HSE : heure supplémentaire d’enseignement

environ 350 € pour 15 heures pour un PE de classe normale, 390 € pour un PE hors classe et 315 € pour un instituteur

 

8 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 58

Bourse du travail 2, boulevard Pierre de Coubertin 58000 NEVERS

Tel : 03 86 36 94 46 courriel : snu58@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de la Nièvre (58), tous droits réservés.