www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de la Nièvre (58)

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Direction 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
3 janvier 2015

Direction et simplification administrative : il reste tant à faire...

Réuni à la demande du SNUipp-FSU 58, un premier groupe de travail départemental traitant de l’allègement des tâches administratives des directrices et directeurs d’écoles s’est tenu jeudi 22 janvier. Si la circulaire de simplification administrative est parue en novembre dernier, concrètement tout reste à faire pour l’allègement du travail quotidien des directrices et directeurs d’école.

Depuis l’ouverture des discussions sur la direction d’école, le SNUipp-FSU demande, entre autre, un réel « choc de simplification administrative ». Lors des réunions sur ce thème, il a fait des propositions concrètes dont certaines ont été reprises dans la circulaire mais restent à mettre en œuvre dans les écoles.
Merci aux collègues qui, par leurs remarques et contributions, nous ont permis d’étayer nos propositions. Voici la synthèse des conclusions au terme de ce premier groupe de travail départemental.

Courriels : Le SNUipp-FSU signale la redondance entre les mails du rectorat, ceux qui émanent de la DSDEN et ceux de la circonscription. Mme Astier, secrétaire générale, en prend conscience, chaque service n’ayant pas forcément connaissance de la diffusion des informations des autres services. La proposition d’une newsletter hebdomadaire fait débat mais n’est pas exclue. Au niveau syndical, nous nous attachons d’ailleurs autant que possible à n’envoyer qu’une lettre d’informations par semaine (le vendredi), sachant que nos compte rendus sont consultables sur notre site.

Be1d et autres logiciels : Les directeurs ne trouvent pas leur compte dans la remontée purement statistique des informations (dont disposent par ailleurs les circonscriptions) et qui ne présentent aucune utilité pour le fonctionnement de leur école. L’incompatibilité des logiciels municipaux avec base-élèves peut être partiellement résolue : les inspecteurs se proposent de « vendre » la clef OTP aux maires lors de leurs visites de sorte que les directeurs n’aient plus à saisir des données déjà enregistrées en mairie.

Autres doublons à nous épargner : les rappels à la veille des dates butoirs ! Or, beaucoup de collègues s’attèlent aux tâches qu’ils jugent sans grand intérêt au dernier moment … Les inspecteurs se disent aussi pressés de répondre à des injonctions, craignent des difficultés techniques ce qui, à nos yeux, n’est pas un motif suffisant.
Nous pensons notamment aux collègues directeurs qui ne disposent ni d’EVS à vocation administrative, ni de décharge.

Autre phénomène chronophage : le format des pièces jointes. La secrétaire générale et des IEN font amende honorable : des consignes seront données pour dissocier les formats (pdf pour les circulaires et word et openoffice pour les formulaires d’inscription) pour plus de facilité.
Nous demandons également que soient nommées les pièces jointes pour pouvoir ouvrir directement celle qui nous semble plus "utile". La chose est faisable (sauf pour les P.A.I. dont la nomination d’une pathologie est déjà synonyme de stigmatisation). Demande a été faite également (par le SE-UNSA) que l’application Arc en Ciel soit accessible toute l’année.

Difficultés potentielles des relations mairie/école : Les IEN réaffirment leur rôle de soutien et peuvent intervenir auprès des municipalités de sorte que les directeurs ne soient pas seuls ou en première ligne en cas de litige.

Planification annuelle : les écoles reçoivent de nombreuses sollicitations en cours d’année qui les incitent à participer à des actions concernant des sujets d’importance (CIDE, Violences faites aux femmes, fraternité, journée internationale de la Paix etc). Afin que ces initiatives prennent corps, il est opportun que les équipes puissent les planifier faute de quoi, elles risquent de rester lettre morte. L’idée est retenue de planifier ces événements récurrents.

Par ailleurs, les directeurs se sentent sous surveillance, réclament de la confiance et digèrent mal les reproches entendus par exemple lorsque leurs prévisions d’effectifs ne correspondent pas au nombre d’élèves présents. Comme s’ils avaient manipulé des chiffres ! Mme Astier, de son côté, explique l’effet « étau » pour justifier la différence entre les chiffres donnés par les écoles et ceux de l’administration. Le ministère annonce des projections démographiques que la DSDEN calque sur nos prévisions. D’où la nécessité de faire connaître à vos représentants SNUipp-FSU qui siègent au CTSD vos « vrais » chiffres qui contrebalanceront le sérieux coup de gomme des inspections. Plus de liberté est attendue aussi pour la rédaction des projets d’école dont la trame est un carcan. Les IEN disent être mal compris et ne pas vouloir reprocher quoique ce soit aux directeurs. Dont acte.

Un deuxième groupe de travail départemental aura lieu au printemps. Tandis qu’au niveau national, cette « simplification » se limite à la création d’un guide juridique, quelques aménagements à venir de BE1d, d’affelnet et l’expérimentation d’un réseau social professionnel « via éduc », le SNUipp-FSU va continuer à exiger des simplifications concrètes en partant de l’activité professionnelle réelle vécue par les directrices et les directeurs dans leurs écoles.

Question d’actualité : comment mettre en œuvre les consignes de surveillance au portail des écoles avec le plan "Vigipirate" ?
La DSDEN réfléchit à une réponse concernant une vigilance qui est fort peu commode, voire impossible à mettre en œuvre, surtout quand les directeurs ne disposent pas d’ EVS …

 

9 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 58

Bourse du travail 2, boulevard Pierre de Coubertin 58000 NEVERS

Tel : 03 86 36 94 46 courriel : snu58@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de la Nièvre (58), tous droits réservés.