www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de la Nièvre (58)

Thèmes abordés


Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Formation 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
5 novembre 2018

Universités d’automne du SNUipp : les Nivernais.es conquis.es !

Témoignages des participants nivernais aux Universités d’Automne des 19, 20 et 21 octobre dernier.


- LB : cela me réveille la nuit !

Chaque jour, je me pose des questions sur ma pratique de classe et je me demande ce que j’aurais pu faire autrement pour être plus efficace ; des fois, ça me réveille la nuit et j’avais vraiment besoin de délimiter les temps de pratique et de trouver des temps de réflexion … ce que je trouve à l’UDA. C’est en début de carrière que l’on risque de prendre de mauvaises habitudes ; c’est pour cela qu’il faudrait qu’il y ait plus que 25% des participants dans la tranche d’âge 20-30 ans.

- PB : à propos de l’intervention de Laurent Lescouarch L’éclairage en formation est toujours orienté vers les programmes ; or, les enseignant.es et notamment les entrant.es dans le métier ont surtout besoin d’avoir des pistes facilitant leur mise en oeuvre car une longue fiche de prép’ ne garantit pas une journée réussie. L’enseignant.e.e ne doit être ni fatigué.e, ni stressé.e et savoir que les échanges ne sont pas qu’une question de rapport entre le savoir, le maître et l’élève.

Il y a beaucoup à gagner à connaître les pédagogies coopératives qui organisent la classe en mettant les échanges entre élèves à profit : il faudrait que les élèves puissent " se passer" de leur enseignant.e et pour ce faire, réfléchir aux modalités de guidance, d’accès aux ressources pour rendre l’élève autonome dans sa recherche de solutions, autoriser toutes les modalités allant de l’explicitation de la démarche entre pairs à l’imitation. Réfléchir à des architectures et configuration de classe évitant la « classe autobus » qui n’est pas la meilleure formule si l’on veut que les élèves échangent entre eux. Afin d’expliciter les modalités de fonctionnement, il convient de penser les « invariants structurants permettant la prévisibilité des situations », en d’autres termes : tel pictogramme indique qu’il s’agira d’un travail en solo, tel autre que le déplacement est prévu etc.

Intervenant invité à l’Université de printemps à Nevers les 9 et 10 mai...

- AG : Brissiaud J’ai adoré, je ne l’avais jamais rencontré. Il m’a appris des choses, même à 51 ans : il a réussi à me convaincre, en justifiant ses propos. Exemple de la position ordinale et cardinale : en Angleterre, on parle de la chambre 2.0.5. parce qu’il n’y a pas 205 chambres dans l’hôtel : c’est une prise de conscience … Il donne envie d’avoir classe le lendemain ! (déjà invité à une université de printemps antérieure)

Y.Chenouf J’enseignais « une fourmi de 18 mètres avec un chapeau sur la tête « de Robert Desnos sans avoir à l’esprit le contexte historique, simplement parce que la poésie figurait en bonne place dans les livres pour la maternelle. L’explication d’Yvanne Chenouf fait réfléchir sur ce que l’on donne aux élèves : le wagon qui emmenait les personnes « parlant latin et javanais » mesurait 18 mètres …

(déjà invitée à une université de printemps antérieure)

Laurence De Cock : c’est bien d’avoir des choses qui n’étaient pas en rapport avec la classe, quoique ! L’histoire enseignée regardée du point de vue de l’histoire de l’éducation. On croit en la capacité des enseignant.es à réfléchir et de fait, les séquences d’histoire sont perçues différemment : pourquoi faudrait-il enseigner les héros ? Pourquoi ne pas parler des personnes qui se déplacent de tous temps ? Quel est le rôle des luttes sociales ? Les élèves prennent-ils part à l’histoire ?

Intervenante invitée à l’Université de printemps à Nevers les 9 et 10 mai...

Gaël Pasquier : ou comment il est compliqué d’avoir un comportement d’enseignant.e dénué de sexisme ; on ne demande pas leur avis aux filles quand il s’agit de les faire jouer au football alors que l’on prend d’infinies précautions pour faire danser les garçons et contourner d’ éventuelles résistances. Difficile d’être très objectif : nous, enseignant.es, attribuons des comportements sexistes aux familles pauvres et dédouanons les bobos : la maman est cadre …mais elle fait récupérer ses enfants à l’école par du personnel féminin et précaire. CQFD !

Intervenant invité à l’Université de printemps à Nevers les 9 et 10 mai...

- MB : de bons petits soldats Quand on enseigne l’histoire, on a l’impression que l’Institution attend de nous que l’on fasse de nos élèves de bons petits soldats avec un roman national fait de héros (peu d’héroïnes) ; alors il est réconfortant d’entendre Laurence De Cocq, agrégée d’histoire, parler de désobéissance légitime : elle me conforte dans l’idée que je me fais de l’école. Dans les programmes, ce qui est important, c’est d’apprendre à réfléchir les élèves ; alors, c’est comme une recette de cuisine qu’il convient de ne pas suivre à la lettre : je montre à mes élèves qu’ils sont acteurs de l’histoire, qu’il y a des rapports de domination et que les femmes font l’histoire : des femmes préhistoriques, des paysannes, des ouvrières, des écrivaines, des chercheuses etc …. Pour que les « vous et moi du passé » ne soient pas invisibilisé.es

Intervenante invitée à l’Université de printemps à Nevers les 9 et 10 mai...

- ML : En un mot comme en 100 : Cela a été un grand réconfort d’entendre des propos sur notre métier qui ont mis en mots ce que je ressentais dans le quotidien de la classe : pourquoi le métier nous semble de plus en plus difficile. Les causes et donc les réponses sont multiples. Leur analyse permet de faire la part des choses, c’est à dire de nous rasséréner, de donner des perspectives positives pour notre métier alors que le ministre actuel décide tout tout seul. L’enthousiasme des collègues et des chercheur.ses rencontré.es nous a réconforté.es à un moment où nous en avons grand besoin : merci à l’UDA (= Université d’Automne !) et son organisation... et au SNUipp-FSU de la Nièvre de nous y avoir invité.es !

L’équipe du SNU de l’Aude, solidaire des collègues du département, avait fort à faire à un moment où 40 écoles étaient sinistrées du fait des inondations : ici aussi, nous avons trouvé des collègues dévoué.es

JPG - 572.1 ko
IMG_3057

 

24 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 58

Bourse du travail 2, boulevard Pierre de Coubertin 58000 NEVERS

Courriel : snu58@snuipp.fr

Lundi, mardi, jeudi, vendredi de 8h30 à 17h (en dehors et pendant ces horaires nous sommes joignables par téléphone au 03 86 36 94 46)


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de la Nièvre (58), tous droits réservés.