www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de la Nièvre (58)

Thèmes abordés


Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Formation 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
19 novembre 2018

Conseil de formation : 50% des stages consacrés aux fondamentaux ... Horizon bien sombre de la future formation initiale

Le SNUipp-FSU 58 a rappelé, lors du Conseil de Formation du 16/11 que les questions relatives à la formation font entièrement partie de l’ADN de notre syndicat. Car nous sommes persuadés qu’une des clés de l’amélioration de nos conditions de travail est la rencontre incontournable entre le monde de la recherche et celui de l’éducation... Nous ne sommes pas les seuls convaincus puisque les inscriptions pour l’Université d’Automne qu’organise chaque année le SNUipp-FSU sont complètes en une seule journée et que cette année encore 3 collègues nivernais n’ont pas pu avoir de places (13 nivernais et nivernaises sont partis à Port-Leucate les 19, 20 et 21 octobre 2018).

Notre section départementale a vite compris l’intérêt et surtout le besoin pour nos collègues de rencontrer des chercheurs et d’avoir des échanges qui permettent de faire évoluer positivement leurs pratiques professionnelles. C’est pour cette raison que le SNUipp-FSU 58 propose maintenant une « Université de Printemps » ouverte à tous les d’enseignant.es du département, et pas seulement une année d’élections professionnelles ( !) mais sans interruption depuis 5 ans. De plus en plus collègues nivernais assistent à ces deux journées de formation que nous proposons encore cette année les 9 et 10 mai 2019.

Le SNUipp-FSU 58 s’est emparé aussi de l’occasion pour dénoncer la surcharge de travail des professeurs des écoles stagiaire lors de leur année de stage (et de formation) avec la responsabilité d’une classe à mi-temps, la validation d’une année universitaire avec les examens et le mémoire. Nous avons alerté l’administration face aux projets Blanquer concernant (entre autre) la formation initiale des enseignants. Cette réforme est construite autour de 4 axes :

* mettre en place des pré-recrutements dès la L2  : il s’agit d’Assistants d’Education qui devraient huit heures par semaine.
Le SNUipp-FSU réclame des pré-recrutements sans condition de travail.

* modifier l’ architecture de formation  : la mise en responsabilité des élèves est bien trop précoce et occasionnera une charge mentale telle que l’étudiant.e sera moins disponible pour son année universitaire.
L’admissibilité au concours se déroulerait en fin de L3 et l’admission en fin de M2. Pendant ces deux ans, sous statut de contractuel, l’année de M1 se ferait à tiers temps puis à mi-temps en M2. L’année de stage se déroulerait après le M2 et à temps plein. Résultat, la carrière serait décalée d’un an et c’est une précarisation importante de l’entrée dans le métier. C’est aussi la possibilité de créer d’un vivier de contractuels disponibles rapidement pour le ministère : En cas d’échec au concours en fin de M2, les futurs collègues pourraient être appelés, en étant sous contrat, pour pourvoir des postes restés vacants.

* resserrer la formation initiale sur les fondamentaux  : en d’autres termes, la didactique se limitera à celles du français et des maths et l’enseignement des autres disciplines relèvera de la « débrouille ».

* mettre sous tutelle les ESPE   : la direction sera nommée par le ministre et n’émanera pas nécessairement de la recherche, ni même de l’éducation mais sera potentiellement un haut fonctionnaire.

Nos préoccupations sont bien sûr partagées par l’ESPE et ce fut l’occasion pour l’administration de découvrir ce projet que nous qualifions de désastreux pour la formation des futurs professeurs des écoles. Nous étions d’ailleurs présents lundi 19 novembre à l’ESPE en Assemblée générale à partir de midi auprès des étudiants du département pour échanger et construire ensemble.

Nous aurions aimé pouvoir discuter de la formation à destination des AVS dans notre département. Il nous est répondu que ce n’est pas le lieu puisqu’il s’agit d’une compétence académique. Néanmoins M.Gien indique que nous serons reçus à la DSDEN pour nous entendre sur ce sujet. Cela semble pertinent dans la mesure où le SNUipp-FSU 58 est source d’idées et de propositions concrètes. Nous en voulons pour preuve notre réunion d’information syndicale du 11 octobre sur le travail entre enseignante.s et AVS, sujet que l’administration annonce mettre à l’ordre du jour pour une prochaine formation départementale.

Du côté de l’administration, ce conseil de formation fut l’occasion de faire un bilan de la formation pour l’année scolaire dernière et de présenter l’architecture de cette année.

Le SNUipp-FSU regrette le temps où cette instance laissait plus de place à la discussion entre les différents partenaires présents de manière à améliorer l’adéquation entre l’offre de formation et les besoins des collègues. Il n’y a pas si longtemps que cela (avant Darcos tout de même), existaient des stages de 3 semaines dont la richesse était tellement bénéfique… Lorsque M. Gien indique (le 12/11 en audience) qu’une formation (non obligatoire et sans public désigné) a dû être annulée faute de participants cette année, nous ne manquons pas de rebondir sur la nécessité de sonder les équipes sur les demandes en terme de formation afin que la programmation soit ainsi ajustée. L’IEN adjoint entend cette volonté et semble la comprendre mais pour autant il rappelle que les contraintes ministérielles sont là : la priorité aux fondamentaux qui représentent 50% de l’offre de formation de l’année scolaire 2018 2019, priorité dénoncée par le SNUipp-FSU 58.

 

24 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 58

Bourse du travail 2, boulevard Pierre de Coubertin 58000 NEVERS

Courriel : snu58@snuipp.fr

Lundi, mardi, jeudi, vendredi de 8h30 à 17h (en dehors et pendant ces horaires nous sommes joignables par téléphone au 03 86 36 94 46)


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de la Nièvre (58), tous droits réservés.